Brass Band Fribourg

Champion Suisse 2002, 2005, 2007 et 2012

Réseaux Sociaux

Suivez le Brass Band Fribourg sur les principaux réseaux sociaux :

Le BBF sur FacebookLe Brass Band Fribourg sur TwitterLe BBF sur Google+

Appréciez les vidéos et performances du BBF sur les chaînes multimédia :

Le Brass Band Fribourg sur YoutubeLe BBF sur SoundCloud

 

Avec le soutien de

 

 

Alors que beaucoup de musiciens interrompent leur carrière musicale au sein du BBF pour des raisons professionnelles ou familiales, un musicien arrive à contre-courant de cette tendance. Le BBF a le plaisir de souhaiter la bienvenue à Vincent Goumaz, au poste de basse sib, de retour dans l’ensemble depuis ce printemps 2015.

Vincent Goumaz

                           

Quelques questions à chaud, suite à ses deux premières prestations:

  1. 1.Quel effet cela fait d’enfiler à nouveau la «veste blanche» après 15 ans d’absence?

C’est en effet très excitant de réintégrer les rangs d’un ensemble aussi prestigieux que le BBF après autant d’années d’absence. Une très grande satisfaction également pour moi après tant de travail (toujours avec plaisir) sur mes nouveaux instruments (basses mib et sib) dans le sous-sol de mon domicile. Un très grand merci à mon épouse Sandrine qui supporte ma passion pour le tuba et le brass band presque toujours avec le sourire.

  1. 2.Quand as-tu joué au BBF la première fois et quels postes as-tu occupés?

J’ai débuté en 1987 pour le championnat Suisse qui se déroulait encore à Berne au Kursaal grâce à Claude-Alain Pittet (papa d’Antoine), qui jouait le cornet solo et m’a fait découvrir le monde du brass band. La pièce de concours s’intitulait «Diversions», de Derek Bourgeois, et je dois avouer que ça ne voulait pas dire grand-chose pour moi. J’ai commencé au poste de 3e cornet. J’ai ensuite joué le 2e cornet, le repiano et le cornet solo pour finir au poste d’assistant entre le grand Joël Defferrard et l’infatigable François Berger. J’ai également fait partie plusieurs années du comité en tant que caissier. Suite à la construction de notre maison et la naissance de nos enfants, j’ai arrêté le BBF en 1999 après 12 ans d’activités, sans toutefois renoncer à suivre cet ensemble lors de ses diverses prestations de haut vol.

  1. 3.Explique-nous quelle est la raison du changement d’instrument?

J’ai pratiqué le cornet durant plus de 30 ans et toujours avec plaisir. Mais avec l’arrivée de jeunes musiciens talentueux, notamment dans ma fanfare à Châtonnaye, il était temps pour moi de réaliser mon vieux rêve: jouer du tuba. J’ai eu la chance de pouvoir travailler avec Guy Michel car sans lui, je n’aurais jamais été en mesure de réaliser mon objectif, c’est-à-dire réintégrer les rangs d’un brass band d’élite.

  1. 4.Quel est ton parcours musical depuis lors?

Après avoir quitté le BBF en 1999, j’ai joué 12 ans avec la fanfare paroissiale de Siviriez et 3 ans avec l’Ensemble de Cuivres Euphonia. Des expériences très enrichissantes que de jouer avec plusieurs musiciens merveilleux et en plus sous la houlette de directeurs aussi talentueux que sont Laurent Carrel et Michael Bach. Je suis bien entendu resté fidèle à ma fanfare de Châtonnaye, avec qui j’ai notamment passé 10 années inoubliables sous la direction de José Kolly.

  1. 5.Combien de musiciens/copains as-tu retrouvés, toujours en poste au BBF?

C’est qu’il y a de nombreux dinosaures au BBF. Actuellement, il y a encore 7 musiciens qui jouaient déjà lors de mon 1er passage (Fabien, Dominique, Joël, François, Marc, Régis et Sébastien).

  1. 6.Un souvenir marquant (ou une anecdote) de ton premier passage au BBF?

Il y en a eu bien sûr plusieurs après tant d’années.

Le plus mauvais souvenir:

  • Une dernière place à un concours à Rotkreuz plus dégât total sur mon véhicule suite à un accident sur l’autoroute.

La meilleure expérience:

  • Les années passées sous la direction de Pascal Eicher (1995 à 1999).

L’épisode le plus flippant:

  • Lorsque, avec François, nous nous sommes tous les deux portés garants envers la banque lors de l’achat de toute la percussion (montant important pour un jeune comme moi de moins de 25 ans à l’époque).